Chapelle des apprentis d'Auteuil

22, avenue Hector Berlioz 38260 La Côte-Saint-André
 Agence Iséroise de Diffusion Artistique - Festival Berlioz
A proximité

Réservation Directe, Office de Tourisme Terres de Berlioz


Festival Berlioz : Concert et Bal sur la jonque chinoise

Deux journées consacrées aux pavillons exotiques qui ont intrigué Berlioz lors de l’Exposition Universelle de 1851 et auxquels il a consacré de nombreuses pages restées célèbres pour leurs descriptions inimitablement féroces et toujours drolatiques.
Seront présentés des répertoires persans, indiens et chinois par les plus grands artistes de ces musiques classiques d’ailleurs, avec notamment Asaré Shekartchi (Iran), Rishab Prasanna (Inde) ainsi que Wang Weiping et Shi Kelong (Chine).

En partenariat avec le Musée national des arts asiatiques – Guimet

Le mystère demeure sur cette soirée musicale, citée par Berlioz, où un bal semble avoir eu lieu sur la jonque chinoise présentée sur la Tamise. Les musiciens chinois ont-ils dansé sur de la musique anglaise ? Les Anglais ont-ils dansé sur de la musique chinoise ? Tel Sherlock Holmes, le grand musicien et chercheur Jean-Christophe Frisch, spécialiste des rencontres historiquement avérées entre musique occidentale et musiques extra-européennes (musique des Jésuites en Chine, voyages de la musique baroque en Transylvanie, au Moyen-Orient et en Inde, negro spirituals du Brésil…) mène l’enquête en musique accompagné de virtuoses des deux traditions…

En 1851, Berlioz assiste à Londres, sur une jonque, à un concert de musique chinoise, suivi d’un bal. Sa relation de la musique qu’il a entendue, est comme à son habitude sarcastique et outrancière. Il la compare « au sifflement de tous les reptiles, au mugissement de tous les monstres, au fracas métallique de tous les tridents et de toutes les chaudières de l’enfer... » et conclue « On me persuadera difficilement que le peuple chinois ne soit pas fou... ». Au-delà de l’anecdote d’un jugement qui met plus en scène son auteur que ce qu’il a entendu, le XIXe siècle s’est intéressé à la Chine, à son étrangeté, et l’a parfois imaginée autant que parodiée. Ainsi on retrouve des mélodies chinoises dans de nombreuses partitions, entre autre des quadrilles, polkas et autres musiques de salon, ou de divertissement. L’œuvre la plus célèbre est naturellement le Ba-ta-clan de Jacques Offenbach, qui marque le début de son succès, mais des compositeurs moins célèbres, mais non mois habiles à écrire pour le petit orchestre des bals londoniens ou parisiens ont également repris des airs devenus célèbres : la Feuille de Saule, transmis au siècle précédent par Joseph-Marie Amiot, ou le fameux Molihua, la Fleur de chrysanthème, aussi connu en Chine, jusqu’à nos jours, que Frère Jacques chez nous.
Jean-Christophe Frisch

XVIII-21 Le Baroque nomade
Jean-Christophe Frisch, direction
Shi Kelong, chant & percussions / Lai Longhan, flûte dizi
Li Yan, erhu / Wang Weiping, luth pipa / Wang Yaping, yangqin
Irène Feste et Pierre-François Dollé (Cie Fantaisies Baroques), danse

Traditionnel chinois Mo li hua (la fleur de chrysanthème)
P. Champion Polka Chinoise, arrangée sur des airs nationaux
Traditionnel chinois Chun Jiang hua yue ye (Nuit de lune printanière sur la rivière)
C. Bosisio Les mille et une nuits, quadrille chinois
L. G. Choulet Les jongleurs chinois, quadrille
J. M. Amiot Deuxième divertissement chinois
J. Offenbach Ba-ta-clan, polka et quadrille chinois
Et autres pièces

Période d'ouverture

Jeudi 24 août à 21h.

Tarifs

Placement libre.
Plein tarif : 45€
Tarif réduit : 30€
Moins de 12 ans : 12€.

Bons plans

Billetterie dans vos Offices de Tourisme (La Côte-Saint-André, Roybon, St Etienne de St Geoirs, Beaurepaire) : Nous vous délivrons une contre-marque qui vous permet de réserver sereinement vos places. Il vous suffira de présenter cette contre-marque, le soir du spectacle, pour récupérer vos billets du Festival.

Localisation

Calculer l'itinéraire
Ma position